logo_sl
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies

qui nous permettent notamment de mesurer l’audience de notre site et de vous proposer des contenus, services et publicités adaptés à vos centres d’intérêt

en savoir plus
  • Compte
    Plus de services en créant un compte Inscription simple et rapide Mémoriser mes annonces favorites Retrouver mes dernières recherches Synchroniser mes favoris depuis l'application Seloger Créer mon compte Me connecter
    • HISTORIQUE
Mag'Immo Médias :
13
déc.2011

Les ménages à revenus moyens ont du mal à se loger

Rédigé par Hélène Baratte | Catégorie | 0 Commentaire
Les ménages à revenus moyens ont du mal à se loger
© AlcelVision - Fotolia.com
Le Conseil économique, social et environnemental régional (CESER) d'IDF préconise de construire 100 000 logements pour résorber la pénurie de logements que peuvent se payer les ménages à revenus moyens en Ile-de-France, c'est-à-dire gagnant entre 2250 et 5770 €. La région IDF présente la spécificité d'avoir du mal à loger ces 450 000 ménages (soit 9,3% des Franciliens, soit un million de Franciliens) trop riches pour le très social mais pas assez riche pour se loger correctement dans le parc privé.

En Île-de-France, les plus pauvres ne sont plus les seuls à éprouver des difficultés pour trouver un toit : "La construction annuelle de logements est très insuffisante en Île-de-France. Dans ce contexte, les ménages franciliens les plus modestes ne sont plus les seuls à rencontrer des difficultés à se loger. La diminution du parc locatif touche aujourd’hui les ménages à revenus moyens". 453 900 ménages à revenus moyens ont aujourd'hui du mal à se loger. Ainsi, il manquerait 100 000 appartements pour les ménages à revenus moyens. Ces derniers sont coincés entre des logements sociaux qui affichent complet et des prix trop élevés dans le privé pour se loger correctement, selon l'étude "Relance de la production de logements en faveur des ménages à revenus moyens", publiée par le Conseil économique, social et environnemental régional (Ceser). "En quelque sorte, ils sont trop riches pour accéder aux logements du parc social et trop pauvres pour accéder aux logements du parc privé."

Le revenu mensuel de ces ménages locataires, qui représentent plus de 9 % de l'ensemble des ménages franciliens, est compris entre 2 251 € et 5776 € (revenu mensuel moyen de 3 873 €).

Le ménage à revenus moyens peut être un couple formé par un instituteur et une infirmière,
d'un cadre supérieur qui divorce,
de deux jeunes actifs de moins de 35 ans,
d'un ingénieur vivant seul avec son enfant ou encore
de jeunes retraités, selon le rapport.

Et aujourd'hui, les ménages n'ayant plus un parcours ascendant comme autrefois, tout le monde peut être touché.

Faute de trouver à se loger, les Franciliens concernés par ce déficit de logement social et privé intermédiaire (1 million) n'ont aujourd'hui n'a pas d'autre choix que de s'éloigner en Grande Couronne ou de s'entasser dans des logements toujours plus petits, voire de quitter la région. Pour sortir de ce cercle vicieux qui "pèse sur l'attractivité de la région, (...) il faut agir sur le stock, donc construire, construire, construire". D'abord, construire en zone dense, c'est-à-dire à Paris, dans les 29 communes limitrophes et dans 39 communes de l'Ouest parisien.

Les actifs à revenus moyens peuvent payer des loyers entre 9 et 11 €,
ou dépenser, à l'achat, entre 3 200 et 4 000 € le mètre carré.
Ensuite, il faut donc construire 10 000 logements par an pendant 10 ans (100 000 au total), 5 000 dans le social et 5 000 dans le privé, soit un effort financier de 1,8 milliard d'euros par an. Pour cela, il faut faire revenir les investisseurs institutionnels et réorienter certaines aides publiques vers la création d'un parc locatif intermédiaire,
ou encore orienter une partie de l'épargne du livret A, de l'épargne d'entreprise et d'Action logement vers ce même type de construction : "Pour réduire le déficit de logements locatifs et atteindre un taux d’offre locative de 50% en faveur des ménages à revenus moyens, le CESER appelle à construire 5 000 logements sociaux/an et autant de logements locatifs privés soit 15% de l’objectif de construction de 70 000 logements/an" inscrit dans la loi du Grand Paris.

Dans la frange "revenus moyens", catégorie de population centrale pour l'économie francilienne, 292 000, avec des revenus mensuels de 3 500 euros, sont éligibles au logement social. Mais ils en sont exclus parce que les places manquent ou sont déjà occupées par des plus nécessiteux.

"Les 292 000 ménages éligibles au logement social financé en PLS (loyer entre 9,52 € et 12,15 €) vivent en zone centrale à 59% ou en zone agglomérée hors zone centrale à 35%.
Leurs besoins portent sur des logements dont les loyers se situent entre 9 et 11 €/m².
Au-delà de 11 €/m², leur taux d’effort brut est trop élevé, atteignant 22% pour 15 €/m² et 28% pour 19 €/m².
À défaut d’une action publique massive et ciblée permettant une forte diminution des prix de vente des logements,
les ménages à revenus moyens ne peuvent que rester locataires et, pour ceux qui sont déjà dans le parc social,
empêchent les ménages aux revenus plus modestes d’y accéder."

Le Ceser appelle à la mise en place d’une autorité organisatrice du logement en Île-de-France : une structure de coordination régionale du logement qui pourrait être étendue à l'habitat et l'urbanisme, à l'image de ce qui a été fait pour les transports. Cette structure de coordination régionale du logement "contractualiserait avec les partenaires que sont les maires, les présidents d'intercommunalités, de conseils généraux et avec les acteurs de l'habitat".

Articles associés :
- Mixité sociale : pour la politique du logement à l'américaine
- L'Unpi fait 60 propositions pour le logement
- Paris : plus la surface du logement est petite, plus le loyer au mètre carré est élevé
- Dalo : le droit au logement opposable, bilan et avenir

Source : CESER, Conseil économique, social et environnemental régional, communiqué de presse : "Relance de la production de logements en faveur des ménages à revenus moyens"

Avant de poster, veillez à respecter la Charte d'utilisation

Ajouter un commentaire
Commentaire

Newsletter

Recevez bi-mensuellement les clés de l'actualité immobilière.

Inscrivez-vous gratuitement.


Partager
Position de page

UT