logo_sl
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies

qui nous permettent notamment de mesurer l’audience de notre site et de vous proposer des contenus, services et publicités adaptés à vos centres d’intérêt

en savoir plus
  • Compte
    Plus de services en créant un compte Inscription simple et rapide Mémoriser mes annonces favorites Retrouver mes dernières recherches Synchroniser mes favoris depuis l'application Seloger Créer mon compte Me connecter
    • HISTORIQUE
Mag'Immo Médias :
18
janv.2013

Standard & Poor's prévoit une baisse des prix de 5 % en France

Publié par SeLoger.com | Catégorie | 1 Commentaire
Standard & Poor's prévoit une baisse des prix de 5 % en France
© Fotolia

L’agence de notation anticipe une baisse des prix de 5 % en France cette année, soit la troisième plus forte baisse à l’échelle européenne.

Le recul des prix de l’immobilier enregistré en 2012 n’est pas prêt de s’arrêter cette année, selon Standard & Poor’s. Dans une note sur les perspectives de l’immobilier résidentiel européen, l’agence de notation s’attend à ce que la plupart des pays du Vieux continent voient leurs prix baisser. L’hexagone fait partie des trois Etats jugés les plus baissiers en 2013, avec une contraction de -5 %, après l’Espagne (-8 % sur un an) et les Pays-Bas (-5,9 %). Et ce, sur fond de prix surévalués de l’ordre de 34 % par rapport aux revenus en France.

Faible confiance des acquéreurs

Le marché français continuerait ainsi à être « déprimé en 2013 », dans cette même proportion. Au vu du niveau de chômage, qui devrait atteindre les 10,7 % en 2013, la confiance des potentiels acheteurs devrait rester faible. Une tendance qui pourrait malheureusement perdurer jusqu’en 2014, de l’avis de S&P.

Mais sur le plus long terme, le faible stock de logements mis en perspective avec la croissance démographique devrait continuer à porter le marché.

Seule l’Allemagne devrait tirer son épingle du jeu, avec une hausse des prix attendue à 3 % en 2013, contre 8,6 % sur un an en 2012. « On ne peut pas toutefois parler de boom, estime l’agence de notation. Dans la mesure où « cela suit des années de stagnation entre 1999 et 2008, période durant laquelle les autres marchés ont augmenté considérablement ».

Avant de poster, veillez à respecter la Charte d'utilisation

Ajouter un commentaire
Commentaire (1)
  • Avatar de Ribeiro
    Ribeiro
    Anonyme
    Posté le mercredi 23 janvier 2013 à 10h06

    En 2011 ils avaient prévu entre -5 et -10 % pour 2012. Ils se sont gourrés. La deuxième fois, ce serait une coïncidence, la troisième ce serait une habitude.

    Signaler un abus
    • Spam
    • Contenu en double
    • Hors propos
    • Inapproprié
    • Signaler ce post

Newsletter

Recevez bi-mensuellement les clés de l'actualité immobilière.

Inscrivez-vous gratuitement.


Partager
Position de page

UT